requins baleine

Y avait- il un meeting de requins baleine à Tubbataha reef?

2 Commentaires

Oui, y avait- il un « meeting » de requins baleine à Tubbataha reef, en particulier sur un des spots visité  la semaine dernière?!!

C’est la question qu’on a envie de se poser de retour chez nous, en repensant, avec délectation, à ce magnifique séjour Philippin au coeur de la non moins magnifique réserve marine de Tubbataha. 

Pour avoir lu pas mal d’articles sur la quête des certains plongeurs (certains de toute leur carrière de plongeur n’en ont rencontré qu’un ou deux!) et leur envie de croiser ces magnifiques créatures, nous mesurons pleinement l’incroyable chance d’avoir pu voir cette semaine- là, plus d’une vingtaine cumulée de requins baleine. 

A chaque sortie en effet, et en particulier sur un ou deux spots de cette zone de l’archipel, un à 4 requins baleine rencontrés… pour le plus grand bonheur des plongeurs moitié français, moitié taïwanais, embarqués avec nous pour une croisière d’une semaine sur le Seadoors!

Ces doux géants, pas même dérangés par notre présence, poursuivaient tranquillement leur route et leurs occupations, se prenant même parfois à jouer avec nos bulles, à revenir vers nous, à nous frôler et nous regarder avec leurs yeux si particuliers, dans des interactions pleines de grâce et de douceur.

De différentes tailles, de différences nuances de gris (pas les mêmes que celles des bouquins!) des adultes, des bébés, et de mémoire des locaux, il est  vraiment bien rare d’en voir autant par sortie et à chaque sortie! Les divemasters philippins eux- mêmes exultaient à chaque rencontre, c’est vous dire!  

Pourquoi était- ils si nombreux, plusieurs d’entre eux revenant sans doute plusieurs fois sur les mêmes spots? Il y avait pas mal de courant, donc sans doute beaucoup de plancton… Une des raisons de ces regroupements?

On ne peut s’empêcher de se plaire à imaginer des histoires et à essayer de les reconnaître. D’ordinaire ils ne vivent pas en groupe, nous a t’on expliqué. Même pas les mamans avec leurs bébés… 

Peut- être avaient- ils quelque chose à se dire et s’étaient- ils juste donné rendez- vous? Qui sait?!

Quelle impression grandiose de voir cette masse de 7 à 8 mètres, au début bleu sombre venue des profondeurs, difficile à distinguer dans ce grand bleu si bleu, se rapprocher jusqu’à se dessiner plus nette, puis si nette, à porter de palmes! Quelle joie intérieure quand toute tranquillement, ces « grosses bêtes » si fortes et si fragiles, passent, sereines et confiantes en l’espèce humaine (!) à quelques centimètres de vous au point que vous pourriez les caresser! Quelle tentation! Mais non! Sous l’eau pas touche! Nous sommes de simples invités!

Toujours est- il que c’est les yeux plein d’étoiles et des de belles bananes sur les visages que nous revenions au bâteau, à chaque remontée, totalement conscients d’être de sacrés chanceux! 

Hélas pas aussi bien appareillés que la majorité des blogueurs, ou des pros de l’image qui nous accompagnaient à nous donner des complexes, juste dotés pour notre part, d’un appareil classique et d’un caisson, nous avons pu tout de même immortaliser quelques images de ces mémorables rencontres. 

Mais je vous avoue que photos ou pas, la magie de ces instants, à simplement sans bouger les regarder passer, en apesanteur, dans leur élément, restera à jamais gravés derrière mes paupières et dans mes souvenirs. Et c’est bien là l’essentiel. Croyez moi sur parole! C’était unique.

Je vous en livre trois ou quatre ici avec beaucoup de modestie, et en toute humilité, « brutes de décoffrage », sans filtre ni travail, une petite vidéo, en attendant un montage vidéo plus abouti à venir, le tout juste pour illustrer et vous faire partager un peu ces précieux instants.

 

  •  
    450
    Partages
  • 450
  •  
Article précédent
Croisière plongée = « zone blanche », un luxe inestimable!?
Article suivant
Merci aux divemasters et aux boatmen!

2 Commentaires. En écrire un nouveau

  • Coucou Hélène!
    Merci pour ton com.
    J’ai éclairci les images avec iPhotos. Mais elles étaient vraiment trop sombres hélas.
    Le temps n’était pas au beau fixe (couvert) et sauf à leur mettre des flash dans les yeux, elles le sont restées. Aprés j’avoue que rédigeant ces articles « à temps perdu » je n’ai pas passé un temps infini à les retravaillées. Merci pour tes conseils en tout cas. Et vas-y c’est magique!

    Répondre
  • Bonjour Anne,

    Merci beaucoup pour ce compte rendu.
    Personnellement, cela me donne envie d’aller jusque là-bas d’autant que c’est une destination que j’ai « dans le viseur » depuis un petit temps.
    Pour ce qui est des photos, la quasi totalité des photos sur mon blog sont pour le moment faites comme toi avec un appareil compact classique dans son caisson. Par contre, très clairement, les photos sont retravaillées après.
    Tu as de beaux clichés dans ton article notamment la photo d’entête de l’article. Mais oui, elles sont trop bleues mais tu peux y remédier.
    Personnellement, j’utilise soit tout simplement IPhoto le programme de traitement de mon Mac (tu dois avoir un équivalent sous Windows surement) soit Aurora, un autre programme que j’ai acheté et qui me convient bien. Evidemment, il faut aimer et/ou avoir du temps à consacrer à cela (ça prend énormément de temps).
    Certains utilisent Dive+ en un clic avec de bons résultats même si cela influe beaucoup sur la qualité de la photo (une des raisons pour lesquelles je ne l’utilise pas).
    Quoiqu’il en soit, merci pour ce partage très sympa 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu