l'environnement

Amis plongeurs et si nous nous engagions pour protéger l’environnement?

9 Commentaires

Le plongeur est- il un acteur de l’environnement ? Une vraie question…

Vous allez dire que ça ne me ressemble pas d’écrire des articles sérieux, de fond. Je suis d’habitude plus branchée sur l’illustration de sujets importants (tels que les élémentaires sujets relatifs à l’apprentissage et à la sécurité en plongée) par l’anecdote, l’exemple, plus ludiques et donc plus attractifs…

Pourtant toutes mes dernières lectures sur le net me poussent à me poser ce type de question, et à tenter d’y répondre…

Comme je l’ai dit dans deux de mes précédents articles, je suis active dans la vie locale, et les sujets ayant trait à l’environnement ont, l’âge avançant, tendance à m’intéresser de plus en plus, voire à me donner envie de m’impliquer de plus en plus…

Comment être insensible à cette dégradation de l’environnement, du climat, quand on voit tout ce qu’on voit, quand on lit tout ce qu’on lit ?

L’échec décevant de discussions capitales et d’accords sur des sujets cruciaux, le blanchiment des coraux sur la grande barrière en Australie et dans différents endroits du monde, la surpopulation, la  sur- pêche, la disparition de très nombreuses espèces animales ou végétales, et tant d’autres thèmes qui nous amènent à d’inexorables changements évidemment négatifs a minima, gravissimes a maxima, ne peuvent qu’interroger… 

Alors oui bien sûr que le plongeur a un rôle à jouer en matière de protection de l’environnement et de très nombreux plongeurs le font du reste!

Mis à part les « petits bleus » qui palment et labourent le fond parce qu’il ne maîtrisent pas encore leur flottabilité (mais qui restent fort heureusement l’exception!), ceux qui n’ont pas bien lu les 10 commandements du plongeur respectueux, et ceux qui n’en ont cure en touchant alors qu’il ne faut « toucher qu’avec les yeux », la majorité d’entre nous se sent fort heureusement concernée par ce qu’elle voit et constate sous l’eau…

« Sous l’eau nous sommes des invités ».

Comme tout invité, nous devons nous conduire poliment » disait Jean- Michel Cousteau, fils aîné du Commandant… Une vraie maxime à adopter, non ?

Car au delà du plaisir de la pratique de l’activité elle même, c’est bien pour voir de belles choses, des choses étonnantes, inconnues, parfois étranges et rares, du règne animal ou végétal, que nous devenons plongeurs à un moment ou à un autre. C’est en tout cas ce que je ressens et crois.

Les paysages ont beau l’air d’être différents, si la désertification des fonds marins ne nous permet plus de voir des coraux, des gorgones, des poissons de toutes sortes, combien vont continuer à pratiquer ?

Des tas de gens s’investissent à temps complet dans ces thématiques, dans la protection de l’environnement, moi je dis tant mieux et bravo à eux!

Mais, même si cela fait image d’Epinal, la prise de conscience en faveur de l’environnement doit aussi, surtout et avant tout être individuelle.

Je vous invite à lire un excellent article paru dans le Parisien en 2015 qui s’interrogeait déjà sur cette question et donnait des illustrations de belles initiatives engagées dans ce contexte et cet objectif de défense de l’environnement (réseau DORIS, réseau BioObs, actions de la FFESSM…).

Etre des observateurs (aider à repérer les multiples espèces sous- marines, à en découvrir de nouvelles), être aussi des témoins (parfois gênants et c’est une excellente chose, l’exemple de secteurs où grâce à la présence de plongeurs les pratiques de braconnage ont diminué m’a particulièrement impressionnée), des recenseurs (observer et faire savoir à qui de droit l’augmentation ou la raréfaction de certains animaux ou végétaux), tels peut être notre rôle individuel en faveur de l’environnement, tout en pratiquant notre loisir préféré…

De la plus petite goutte d’eau (qui consiste juste à respecter son environnement et l’environnement par la même occasion), à l’immense océan (celui des actions de ceux qui consacrent toute une vie à cette noble cause), il faut se dire que tout compte!

Moi j’en ai pris conscience, j’aime la nature et notre magnifique planète, et vous amis plongeurs, qu’en pensez- vous et comment voyez- vous les choses ?

In English…

 

  •  
  •  
  •  
Article précédent
Un vrai talent niçois, le photographe sous- marin Greg Lecoeur
Article suivant
Mer Méditerranée « Mare nostrum »

9 Commentaires. En écrire un nouveau

  • Coucou Anne,
    je plonge toujours avec un petit « mesh-bag » qui me permet de glaner diverses cochonneries qu’on peut trouver au fond, et je prends soin de les remonter… ce n’est pas grand chose, mais c’est déjà ça…et il faut effectivement adopter des comportements respectueux chaque jour de notre vie (et ça, c’est pas facile tous les jours !)
    Merci à toi pour cet article !

    Répondre
    • Merci pour ce commentaire Philippe, que je découvre aujourd’hui (parce que spamé)… Je pense que les gros nettoyages reviennent aux pouvoirs publics, mais que ça ne dispense en aucune manière d’avoir des comportements individuels responsables…

      Répondre
  • Pour les plongeurs des Alpes-Maritimes, l’association NaturDive met en place des actions de science participative pour les plongeurs en faveur de la biodiversité marine.
    Des études sont réalisées en partenariat avec des organismes scientifiques et les collectivités territoriales. Un suivi sur le long terme de la biodiversité marine est essentiel pour assurer sa préservation.
    En participant à ces études, les plongeurs contribuent à la conservation du milieu marin, tout en ayant l’occasion d’améliorer leurs connaissances sur la biodiversité marine.

    Répondre
    • Très bon à savoir, merci Samuel. Cela ne se sait pas assez. N’hésitez pas à partager dans le groupe « Amis qui aiment la plongée… » Où êtes- vous basé?

      Répondre
      • L’association est basée à Cannes et se concentre pour le moment sur le site Natura 2000 du cap d’Antibes – Iles de Lérins.
        Les actualités de l’asso sont à suivre sur la page FB : http://www.facebook.com/NaturDive/.
        En 2018, plusieurs études en faveur de la biodiversité marine sont prévues tout au long de l’année :
        – suivi de populations de grande nacre dans le cadre du risque d’épizootie en provenance d’Espagne,
        – suivi de peuplements de poissons avec la méthode FAST (Fish Assemblage Sampling Technique),
        – suivi des habitats coralligènes pour évaluer le « Bon Etat Ecologique » des eaux côtières méditerranéennes (projet CIGESMED).

        Répondre
  • Bonjour Anne,
    Le monde sous-marin est un milieu extraordinaire dans tous les sens du terme. Il reste pourtant un milieu hostile pour l’homme. Mais l’évolution et la technologie nous ont permis de pénétrer et d’explorer ce monde merveilleux à l’équilibre fragile. Un monde qui s’offre à notre regard dans une explosion de formes et de couleurs….
    Oui ! nous avons un rôle à jouer, nous plongeurs qui avons la chance de pouvoir admirer toutes ces merveilles et c’est notre devoir de les partager.
    L’homme a besoin d’être ému pour agir et l’extraordinaire beauté du monde sous-marin déclenche cette émotion créatrice.
    Comme disais le commandant Cousteau « on aime ce qui nous a émerveillé et on protège ce que l’on aime » . Alors à nous d’émerveiller l’humanité !
    Passionnément
    Gaby

    Répondre
    • 100 % d’accord avec toi Gaby! Merci de ce commentaire. Ils sont si rares dans le monde des bloggers! Et c’est dommage. Je pense que les sites sont faits pour partager des passions communes. 🙂

      Répondre
  • Exactement!

    Répondre
  • Pour préserver le patrimoine marin le plongeur peut tenir un rôle majeur de par le fait qu’il renvoie au commun des mortels l’image réelle et fort heureusement, souvent de rêve, ce que recèlent nos fonds marins en biodiversité et c’est donc à lui qu’incombe la tâche d’informer et d’éduquer les esprits plus que tout autre intervenant, pêcheur, administrateur………..,

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu