Une nuit au musée

Pas de commentaire

Une nuit au musée… Mais pas n’importe lequel, le musée océanographique de Monaco!

Une soirée hors- normes, une rencontre exceptionnelle avec un explorateur de renom dans un site remarquable, tous les ingrédients y étaient.

Quelle chance pour une passionnée de fonds marins que de vivre dans une ville voisine d’un tel équipement, d’une telle vitrine de la biodiversité marine!

Connu partout dans le monde, cet article n’a pas la prétention de vous faire découvrir ce musée, que beaucoup d’entre vous connaissent sans doute déjà, mais de vous donner l’envie de le redécouvrir, d’y retourner.

Deux mots sur l’histoire du musée…

C’est en 1885 que le prince Albert Ier envisage pour la première fois de créer en Principauté un laboratoire de biologie marine, quelques mois après avoir découvert les résultats des expéditions dirigées par le professeur Milne- Edwards. L’idée murît véritablement après le fort intérêt que suscite ses collections scientifiques présentées lors de l’exposition universelle de Paris, en 1889. L’idée est de mettre en valeur les collections qu’il a réunies pendant ses campagnes scientifiques, mais aussi de diffuser les nouvelles connaissances sur la mer et la richesse de sa biodiversité.

Le musée aujourd’hui rassemble aujourd’hui environ 6 000 spécimens de poissons et 300 familles d’invertébrés et propose 6 000 m2 ouverts au public. Le Lagon aux requins, révèle la diversité du récif corallien peuplé d’une multitude de poissons tropicaux et de coraux vivants.

Dans le cadre d’un programme international qui associe des aquariums publics du monde entier, l’aquarium de Monaco joue un rôle important de conservation des espèces menacées : ferme à corail, reproduction de poissons clowns, d’hippocampes, de seiches ou de l’apogon des îles Banggai menacés par des pêches excessives. Il s’inscrit ainsi dans la sauvegarde et la gestion durable des milieux naturels et des espèces.

Le musée présente une collection inestimable d’objets d’art et d’artisanat liés à la mer, et offre l’opportunité d’apprendre, de s’étonner et découvrir la variété du monde marin.

Il se veut être un lieu d’information et de médiation entre les recherches océanographiques et le grand public. Associer l’Art et la Science est le désir initial de ce haut lieu du monde marin. L’enjeu est de maintenir cette action novatrice au fil du temps et de l’évolution du monde. Ainsi, grâce à des expositions artistiques menées en partenariat avec le nouveau musée national de Monaco, des conférences, des colloques internationaux et actions de sensibilisation menées en partenariat, et notamment avec la fondation Prince Albert II de Monaco.

Le musée océanographique de Monaco participe activement au rayonnement de la Principauté tant sur le plan scientifique, qu’économique ou touristique. Ses 650 000 visiteurs annuels en font l’une des principales attractivités touristiques monégasques. Grâce à l’action du gouvernement princier de Monaco, le musée bénéficie en 2010 d’un ambitieux programme de travaux d’embellissement.

Au début de l’année 2009, SAS le prince Albert II de Monaco et le conseil d’administration de l’Institut océanographique ont décidé d’un plan de relance à l’occasion du centenaire du musée océanographique en 2010.

La mise en œuvre de ce plan de relance a été confiée à un nouveau directeur général, Robert Calcagno, et à l’équipe de direction.

Robert Calcagno pilote le Musée océanographique de Monaco et la Maison des Océans, à Paris. Précédemment Conseiller au Cabinet du Prince Albert II de Monaco et Ministre de l’Environnement de la Principauté (Conseiller de Gouvernement pour l’équipement, l’environnement et l’urbanisme), il est particulièrement investi dans la cause des océans.
Il anime régulièrement des rencontres internationales sur cette question et s’exprime souvent en faveur des Aires Marines Protégées (AMP), de la préservation des grands fonds marins ou encore de la sauvegarde des requins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation, parmi lesquels: Méditerranée: splendide, fragile, vivante, Les Grands fonds – Voyage dans un monde inconnu, Requins: au delà du malentendu, et Méduses: A la conquête des océans publiés aux Éditions du Rocher. Il est administrateur du World Ocean Network.

J’ai eu le plaisir de travailler par le passé avec Robert Calcagno, Directeur de ce magnifique équipement et avec José de Mendiguren, Directeur du développement. C’est dire le plaisir que j’ai eu à les revoir hier à l’occasion d’une magnifique conférence de l’exceptionnel explorateur et chercheur Jean- Louis Etienne!

Avec une orientation très claire, SAS le prince Albert II a demandé à ce qu’une nouvelle dynamique soit donnée au musée océanographique : non seulement montrer la fierté de notre passé et la richesse de notre patrimoine, mais aussi montrer que le musée est tout à fait bien dans son temps et engagé pour l’avenir, notamment grâce à la Monaco Blue Initiative (une rencontre internationale, organisée par la fondation Prince-Albert-II-de-Monaco et l’Institut océanographique, pour protéger nos mers).

Alors, vous y allez quand?

Article précédent
Cousteau et l’Odyssée, petite chronique…
Article suivant
Rencontre au Musée océanographique de Monaco avec Jean- Louis Etienne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu