problème

Quel est votre plus gros problème rencontré dans votre formation en plongée?

9 Commentaires

Quel est votre plus gros problème rencontré dans votre formation en plongée? Votre plus grande frustration dans votre apprentissage?

Et si on se disait TOUT?

On a tous, quand on découvre une discipline, lorsqu’on est dans une phase de formation, des périodes de doutes, de frustration, voire pire d’angoisse ou de blocage. Il peut même arriver qu’on jette l’éponge…

J’en parlais à propos de la claustrophobie… dans un article que je vous invite à relire.

Pour ceux qui tombent par hasard sur ce blog, mais qui ne le connaissent pas, il contient des dizaines d’articles où je vous livre les miens, avec des articles portant sur mes problèmes, ceux rencontrés pendant mes phases d’initiation, d’autres les illustrant par le biais d’anecdotes…  

Alors cette fois c’est VOTRE tour. Dites moi ce qui vous a fait peur, angoissé, bloqué. 

Faites nous partager VOS anecdotes, VOTRE problème.

Et en réfléchissant, dites- nous ce dont vous auriez besoin, vous qui débutez. En complément de ce que votre club préféré vous apprend, vous transmet ou vous fait pratiquer bien sûr…

Des conseils, un échange sans tabous sur nos hésitations et retours d’expériences, positives ou négatives? Sous quelle forme?

En échanges directs, par le biais d’articles décrivant ce que d’autres ont ressenti et comment ils ont relevé le défi ou surmonté leur difficulté, de façon plus vivante en format vidéo? 

Car souvent dans l’ambiance club, on n’ose pas se confier, faire part de ses freins.

Le plus souvent on sort de l’eau en disant que « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes », et on met son inconfort ou son incompréhension du moment « sous le tapis ».

Dans les clubs, tout est « tellement génial » et les « autres si forts »… Comment dés lors recueillir les bons « tuyaux » sans révéler ses faiblesses et sans passer pour un « petit bleu »?  Beaucoup pour ces raisons ne franchissent jamais ce cap… 

Et c’est valable en plongée comme dans beaucoup de disciplines, de matières où l’on débute…

C’est transposable à de nombreux sujets, et c’est un frein incontestable à notre réussite, que ce soit dans les loisirs, ou dans sa vie professionnelle…

Alors, pour une fois, cassons les codes. Et mettez moi en commentaire ce qui vous bloque, VOTRE plus gros problème, VOTRE plus gros frein dans votre épanouissement, en plongée ou sur d’autres thématiques… 

 

 

  •  
    148
    Partages
  • 148
  •  
Article précédent
Je vous ai déjà parlé du caisson hyperbare de Nice ?
Article suivant
L’exercice du vidage de masque en plongée? Fastoche… ou pas!

9 Commentaires. En écrire un nouveau

  • Bonjour. j’étais déjà chasseur avant de commencer la plongée à l’air comprimé et j’ai été très étonné qu’on insiste pour que j’ apprenne la méthode de Valsalva alors que je pratiquais parfaitement la BTV depuis toujours. Alors, pour ne pas subir de remontrances je faisait semblant de faire souffrir mes oreilles. Depuis que je suis E2 je ne suis plus obligé de jouer la comédie et jamais je ne force quelqu’un à utiliser une méthode lorsqu’il en maîtrise un autre. Par contre j’encourage aimablement à pratiquer la BTV à tous ceux qui y parviennent.

    Répondre
    • Bonjour, merci pour ton commentaire… Et ah bon?? C’est drôle finalement nombreux sont ceux qui se sentent « obligés »… C’est bien dommage. Tu peux m’expliquer en 2 mots en toi consiste la BTV?

      Répondre
  • christophe leroit
    27 juillet 2020 0 h 47 min

    Bonjour, c’est dommage de tout mettre sur le dos des autres ou des structures ou des moniteurs. Mais la plongée est avant tout un SPORT où l’on doit connaitre ses limites, Donc, si trop de courant, où pas à l’aise sur quelques choses, il faut absolument le dire, voir ne pas faire la plongée. Mais effectivement, c’est plus facile de mettre la faute sur les autres. !!!! Un vieux moniteurs !!! merci

    Répondre
    • Bonjour Christophe.
      Personnellement ce n’est pas du tout ce que je fais. J’ai été très satisfaite de ma formation en plongée (Fédé).
      Je t’invite à lire les articles de mon site qui en parle (sur le Plongée Aigle Nautique)
      Mais j’a aussi beaucoup observé de la frustration chez les débutants en plongée qui n’osent pas poser les questions qui les « tracassent », n’osent pas se livrer. Et il y a beaucoup de clubs qui ne « font pas la place » aux doutes des débutants. Qui ne les rassurent pas assez. Juste en parlant avec bienveillance). Cet article n’est pas fait pour faire le procès de qui que ce soit. Et c’est sans doute un tort de ne pas s’exprimer (c’est ailleurs pour sensibiliser à cela aussi que j’ai lancé ce blog en 2016)… Juste essayer de voir ce qui manque dans les apprentissages tels que dispensés… A bientôt!

      Répondre
  • Que choses à dire ! Mais je suis totalement d’accord avec toi concernant le « tabou » de dire des choses ou de poser des questions et ça c’est typiquement une frustration !
    Exemple : jeune N2 j’ai acheté un parachute avec un spool. On m’avait montré comment s’en servir pendant ma formation mais jamais appris à l’assembler. Je me suis retrouvée super con à pas savoir faire de noeuds pour attacher mon spool à mon parachute. Merci internet et youtube qui ont trouvé la solution pour moi, mais je n’ai pas osé demander au club …

    Ensuite, comme beaucoup, j’ai eu, au début, l’appréhension du vidage de masque. J’avais commencé une formation de N1 dans une structure pseudo associative (c’était lors de mes études) et le formateur était un ancien militaire. Il m’a traumatisé. Ce n’est que 2 ou 3 ans après que j’ai passé mon open water en Indonésie avec un moniteur qui a été très bienveillant et a su prendre le temps de m’accompagner à surmonter ce blocage. Maintenant, quand j’ai besoin d’enlever mon masque je le fais sans soucis à n’importe quelle profondeur mais ça vient avec le temps et la pratique !

    J’ai surtout eu (et j’ai toujours un peu) un problème récurrent : je ne bois pas assez d’eau ! C’est aussi un problème dans ma vie car je suis sujette à des cystites régulièrement à cause de ça et … des maux de têtes après plongée. Maintenant je connais la quantité nécessaire pour ne plus avoir mal à la tête : 1 thermos de thé de 1 L entier avant et 1 thermos de thé de 1 L entier après la plongée.

    Sinon, ma plus grosse angoisse, c’est le fort courant. Je me suis une fois retrouvée isolée de ma palanquée, un jour ou en nous mettant à l’eau nous avions constaté qu’il y avait un fort courant qui n’était pas la en surface et qui nous entrainait vers le large. Nous (3 autonomes) avons décidé d’un « commun accord » de nager à contre courant jusqu’au reef (a environ 80/100 m de ou nous étions) pour se mettre à l’abri. Les deux garçons ont bourriné sans se retourner et je n’ai pas réussi à suivre, j’ai essayé de faire du bruit pour attirer leur attention. Je me suis battue contre l’envie folle de tout décapelé et de remonter à la surface respirer une bol d’air frais. Dans un sang froid incroyable dont je ne me serais jamais crue capable, j’ai arrêté de palmer et j’ai réussi à expirer pour calmer mon début d’essouflement. Au moment où mes compagnons d’aventure n’étaient presque plus visible, l’un des deux s’est retourné et ils m’ont finalement rejoint. Ca a du durer 2 min mais ça m’a paru une éternité ! Sortie de parachute, on s’est laissés dérivés, fin de plongée. Mais tout le monde est rentré sain et sauf. Aujourd’hui dès qu’il y a du courant, j’ai cet évènement qui me repasse en tête : je sais que je peux gérer mais j’ai envie de tout faire pour éviter de me retrouver dans cette situation à nouveau. Les copains ont pris un petit savoir par contre !

    Répondre
    • Merci pour ce commentaire! Je me retrouve beaucoup dans tes anecdotes, d’ailleurs il y a plein dans ce site qui en raconte des similaires. C’est bon de lire que d’autres ont vécu des choses du même style! Parce que sous l’eau tout peut très vite mal tourner. Et le simple fait d’en parler ensemble, c’est démystifier les problèmes et perso d’en avoir lus certaines anecdotes m’a permis de mieux gérer certains problèmes..
      😉 Merci donc d’avoir pris me temps… ET à bientôt!

      Répondre
  • J ai fais ma première expérience de plongée cette semaine . J ai passé le padi mais échec. J ai fait une panique les deux fois où l on a fait l exercice où il faut enlever son masque sous l eau et le remettre. Je suis remonté en panique retenue par la monitrice. Je n ai pas réussi à garder mon calme sans rien voir. Je suis très frustrée car j ai adoré la sensation de se promener au milieu des poissons durant la plongée d exploration . Je me demande si j arriverai à surmonter cette angoisse .

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu