Points cardinaux

Mes quatre points cardinaux

Aucun commentaire

Mes quatre points cardinaux, ceux qui guident mes choix, mes quatre piliers, les fondements de ma vie, méritaient bien un article.

Ce n’est pas un hasard si cet article est dans la rubrique « Qui suis- je », « dans ma bulle », car je vous livre ici quelques pensées intimes et ce sont bien ces quatre points cardinaux qui m’ont façonnée jusqu’à être celle que je suis aujourd’hui. Définie. Avec mes forces et mes faiblesses, mes qualités et mes défauts, mes certitudes et mes peurs… 

 

La famille et le compagnon de route en premier lieu

Oui la famille bien sûr est le premier des points cardinaux, les parents, ceux qui vous modèlent, vous orientent, vous guident. Ceux qui quand ils ne sont plus là vous manquent si cruellement. Le recours vers lequel on se tourne tout au long de sa vie fait alors défaut. A qui se confier, à qui demander conseil? On se retrouve aussi en première ligne face à la mort. On devient « les prochains », sensation terrorisante pour la majorité d’entre nous. Enfin moi c’est ce que je ressens.

Les frères et soeurs ensuite, pour moi un frère. Un cadet de neuf ans que j’ai presque élevé comme un enfant. Le même sang que moi, si différent et si semblable, avec en partage tant de sujets, de préoccupations, de projets, de moments de tristesse et de joie aussi. Mon frère récemment prolongé par son fils, mon neveu. Un bout de lui, donc un petit bout de moi aussi.

Les enfants enfin, l’essence même de notre présence sur terre. Mon fils en l’occurrence, le seul être sur terre pour lequel je pourrais donner ma vie sans même y réfléchir une seule seconde, parce que c’est inscrit dans nos gènes. Celui autour de qui toute ma vie tourne, mon centre, celui en regard duquel rien d’autre ne compte réellement. 

Et puis il y a, à côté de la famille de sang, celle que l’on se choisit. Parfois on la trouve du premier coup. Parfois il faut plusieurs essais. Personnellement il m’ a fallu 3 tentatives pour parvenir à trouver le compagnon de route, de voyages, qui me correspond pleinement. Mêmes sentiments, mêmes goûts, mêmes aspirations, il connaît mes envies, mes attentes, mes craintes, mes angoisses et sait les combler ou les apaiser. Il est donc l’élément indispensable à mon équilibre. On a juste envie d’être ensemble, parce qu’on s’aime. C’est tout bête mais parfois certains cherchent toute leur vie et ne parviennent pas à trouver cette alchimie. Il faut être conscient de sa chance. S’y agrège alors sa propre famille qui devient la nôtre, et qui agrandit le cercle intime, pour encore plus d’échanges et encore plus de moments à partager. 

Sans une harmonie de ce premier ensemble, composant le premier pilier, il me très serait difficile de trouver l’énergie à l’accomplissement de mes fonctions et de mes activités professionnelles.

Car pour moi c’est le deuxième des points cardinaux.

 

Le travail et la cause commune

Le travail aussi apporte un équilibre. Une vie sociale, une utilité. Il donne un sens à la vie et des objectifs. Se « challenger » pour les atteindre, avoir des contacts avec des collègues qui parfois deviennent des amis, des collaborateurs. Des moments difficiles et stressants, des moments de défis, et des moments joyeux, quelquefois de franche camaraderie, de belles rigolades. 

Plus les défis sont difficiles, plus les efforts fournis pour y parvenir sont importants, plus ils se transforment en jolis souvenirs, en petits joyaux. Cela a été le cas à différentes heures clefs de ma carrière professionnelle ou politique. Et sans démagogie aucune, les plus beaux souvenirs sont ceux qui ont été générés par un travail d’équipe, avec à la clef une victoire à partager.

Ceux qui me connaissent dans la vraie vie auront quelques unes de ces étapes en tête, et savent que je suis très sincère quand je raconte cela! 

Se dévouer à ma ville, me mettre au service des autres, fait partie de ma vie quotidienne depuis prés de 30 ans. C’est addictif, ça fait partie de moi. Participer à l’évolution de notre paysage, est un formidable élément de motivation dont j’aurais du mal à me passer je l’avoue.

N’oublions pas en outre que le travail c’est aussi essentiel pour apprécier les vacances, les temps de pause.

 

Les loisirs, les voyages

Quand on travaille et qu’on a la chance de pouvoir s’arrêter plusieurs semaines dans l’année (c’est le cas chez nous en France, c’est très loin d’être le cas dans d’innombrables pays du monde), on apprécie avec d’autant plus de délectation ces instants de break. Cinq semaines par an, sur 52, on oublie ses obligations et on fait une sorte de « reset » du cerveau… 

Moi j’ai coutume de dire que je pars « m’essorer », comme une éponge trop gorgée d’eau.

Personnellement je les occupe, chaque fois que j’en ai l’occasion avec de beaux voyages, depuis quelques années des voyages qui me donnent l’occasion de pratiquer mon sport favori, objet principal de ce site: la plongée.

Rencontrer d’autres gens, qui vivent différemment, voir d’autres choses que celles que nous croisons au quotidien, ouvre l’esprit. On dit que les voyages forment la jeunesse! C’est si vrai, Mais pas que la jeunesse! Je m’y suis « mise sur le tard », et j’affirme que ceux qui ont la chance de voyager ont une vision plus complète, moins étriquée des choses. C’est toujours un plus de voir ce qui se fait ailleurs.

 

L’écriture, la réflexion, les centres d’intérêts, la créativité

J’aime aussi lire, de façon boulimique. Et depuis plus récemment écrire aussi, et je me suis lancée dans l’écriture. C’est une affaire à suivre…

La créativité dans l’écriture, la photo, la vidéo, sont des domaines que j’affectionne particulièrement et j’y consacre une large part de mon temps libre.

Mon esprit, allez savoir pourquoi, a besoin d’être occupé quasi en permanence, et je me surprends de plus en plus à faire 2 choses à la fois! 

Voilà mes quatre points cardinaux. 

Forte de ces quatre lignes directrices, ma vie est bien remplie. La cinquantaine se rapproche et, je l’avoue, j’ai le sentiment et la conscience aigüe d’être extrêmement chanceuse. Car au delà des quatre thèmes évoqués, il faut ne jamais oublier que tout est possible car j’ai la chance d’avoir la santé…  Sans elle rien ne serait envisageable.

Et vous quels sont les vôtres?

  •  
  •  
  •  
Article précédent
Les retours de vacances sont- ils difficiles?
Article suivant
Amis lecteurs, bonne année et bonnes bulles pour 2018!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu